Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livres du matin / du sac à main / du soir.

Le matin, après avoir relu deux fois Des âmes et des saisons, de Boris Cyrulnik, commencer enfin Ci-gît l’amer, de Cynthia Fleury, réservé depuis belle lurette à la médiathèque Chalucet, mais la file d’attente était longue. On avait entendu cette philosophe psychanalyste en parler un jour, évoquer ce qu’on croit soi-même parce que c'est ce qu'on a pu faire : ne plus être dans le ressentiment pour enfin avancer et vivre.

Dans le sac à dos (on n’a plus de sac à main), pas de livres en ce moment. Un carnet sur lequel on écrit à chaque occasion possible.

Le soir, en alternance, Le roman de Tolstoï, de Vladimir Fédorovski et Trois poètes de leur vie, Stendhal, Casanova, Tolstoï, de Stefan Zweig. On ne lit que la partie sur Tolstoï.

Commentaires

  • J'avais beaucoup aimé la partie sur Casanova aussi, un personnage apparemment repoussoir pour nous les femmes mais que Zweig démonte magistralement.
    Tu pourrais peut-être me dire si Ci-gît l'amer n'est pas trop difficile à lire pour une personne pas versée dans la philosophie mais qui vit dans la rancoeur de choses passées il y a plus 40 ans.
    Bonne journée Marie.

  • je n'ai pas lu ci-gît l'amer, mais j'en ai entendu parler, entre philosophie et approche politique, je pense que ce livre n'est pas toujours facile à aborder.

  • Bonjour !

    Ah Tolstoï.
    Tolstoï est pluriel et insondable ! l'écrivain, le poète, le penseur, le guide spirituel...
    Lire l'histoire de sa vie, c'est flirter avec l'immensité.
    Comme l'écrit l'auteur : "à chacun son Tolstoï".

    Bonne lecture ; bon voyage.
    Pierre.

  • Ah, les sac à dos , depuis plus de trente as il est le fidèle compagneon de tous mes déplacements . Le sac à main , plus élégant , est pour certaines occasions seulement .
    Quant au " ressentiment " , c'est la pire des nuisances pour soi-même , il est le "péché capital ", car à l'origine de bien des maladies psychosomatiques . Il entraine aussi le refus du pardon , le refus d'aller au-delà de ce qui nous semble légitime . Que de drame familiaux sont à l'origine de ressentiments , cette lépre de l'âme ! Puisque vous lisez Tolstoï , que de ressentiments dans ce couple !

  • j'aime cette philosophie du "fidèle à soi-même" ...
    et j'aime aussi Tolstoï ...
    longtemps que je ne l'ai lu, un rappel en somme !
    amitié .

  • Un joli programme de lecture ! Je note celui de Boris Cyrulnik. Mon petit carnet de poche se remplit jour après jour de tous ces petits riens qui nous touchent tant !
    Côté lecture je viens de terminer un excellente biographie "Les yeux noirs, les vies extraordinaires des soeurs Heredia" de Dominique Bona
    Bonne fin de semaine Bonheur du Jour

  • J'avais lu le livre de Zweig et j'avais aimé (j'ai quasi tout lu de l'auteur autrichien)Celui de Cynthia Fleury m'intéresse...............Mais moi, je ne peux lire qu'un livre à la fois (que je traîne partout, en ce moment de Nabokov, roi, dame, valet, le triangle amoureux revisité mais l'esprit caustique de l'auteur russe dont es gens ne connaissent hélas que Lolita)

  • Tiens, le livre de C Fleury est disponible à la bibli! Cela pourrait m'intéresser...

  • Des âmes et des saisons vient d'entrer à la maison... et Zweig possède un bon rayon sur les étagères de la bibliothèque.... mais pourquoi ne lire que Tolstoi ? Belle journée à toi.

  • Je suis toujours autant admirative de voir la facilité de lecture que vous avez... Moi, je suis un vrai escargot! Quelques pages avant de m'endormir mais peut-être que je fais tellement de choses à côté ?

  • Je n'ai rien lu de CyrulniK et ne compte pas en lire il ne m'attire pas, par contre j'ai beaucoup lu Zweig et aime beaucoup le relire.
    Belle journée

  • Ne plus être dans le ressentiment est plus difficile à certains qu'à d'autres, par contre ne plus être dans le dénigrement de soi-même est aussi très important, et diversement partagé.

  • Ah Stefan ZWEIG, je note de le relire.
    pour les autres, ils me plairaient tous.
    Pour moi, la biographie de Maria Valtorta et le dernier livre de Louise Erdrich et j'ai fini les poèmes d'Erri de Luca.
    Bises et bon premier mai

  • J'avoue, depuis que j'ai privilégié le pinceau, Tolstoï est resté loin derrière et pourtant, j'aimais !

  • Oui, totalement. J'ai adoré ce livre. J'ai prolongé le prêt tant que j'ai pu et ensuite je l'ai acheté. Ce livre va au-delà de Tolstoï.

  • "Ci git l'amer" me tente. Et ton troc "sac à main contre sac à dos" doit te laisser les mains plus libres pour glaner...des merveilles . Bonne journée Marie !

Écrire un commentaire

Optionnel