Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pivoines

  • Aussitôt que la vie, pivoines.


    Aussitôt que la vie, le livre que je viens de publier, commence son chemin ; petitement, goutte à goutte, pourrait-on dire. Merci à ceux qui l’ont déjà accueilli et à ceux qui l’accueilleront et partiront ainsi marcher dans la lumière de la colline provençale.

    Le bouquet de pivoines est sur la table. C’est le moment de ces fleurs sublimes. Je les ai ramenées du marché près de la mer, délicatement enveloppées dans une large feuille de papier, les portant au creux de mon bras. Il a fallu pour elle sortir le grand vase en verre de Maman. Il est très lourd. Elles ont d’abord été tout en boutons puis, peu à peu, doucement mais sûrement car elles sont fleurs et c’est ainsi que les fleurs vivent, elles ont déplié tous leurs pétales, et ils sont nombreux. Ce fut un instant par pétale. D’un blanc crème et d’un blanc rosé, puis un peu plus rosé tendant vers l’orangé. Et puis cette pose de la tige qui ploie légèrement sous le poids de la fleur mais qui ne rompt pas ! La pivoine ne rompt jamais. Elle est là chaque printemps. Elle sera là chaque printemps. Il est possible, même, qu’il y ait un printemps pour qu’il y ait des pivoines.


  • Moisson du 28 avril 2021.

    Ecouter
    la Petite Messe Solennelle de Rossini,
    les oiseaux chanter dans la forêt,
    les cloches de l’église sonner,
    les abeilles butiner dans la viorne à l’acmé de sa floraison,
    la respiration calme de quelqu’un endormi pour la sieste sur le canapé.

    Apporter un bouquet de pivoines à une vieille dame qui
    dans son enfance,
    dans une autre région,
    en avait plein son jardin, en mettait dans sa maison et en offrait à ses voisins.

    Se réjouir trois matins de suite d’avoir trouvé une bonne ruse pour que les escargots ne puissent se délecter du basilic et de la coriandre : déplacer les pots chaque soir avant de fermer les volets. Las, le quatrième matin, l’un d’eux est bien là tout repus au milieu du basilic, bavant d’aise. Comme quoi, l’intelligence des gastéropodes n’est pas à négliger.

    Remarquer qu’il y a un ou une lectrice de plus d’Avec la vieille dame. Mais on ne sait pas où… Merci !