Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LIRE / Un poème pour la journée - Page 2

  • Un poème pour la journée. Mignonne, allons voir si la rose.


    Quand on passe devant chez cette amie très âgée, on s’arrête toujours pour la saluer. L’hiver, elle sert volontiers un petit café, l’été un verre d’eau pour qu’on se rafraîchisse. Elle est quasiment tout le temps dans sa cuisine maintenant, assise sur une chaise paillée, accoudée à la table recouverte d’une toile cirée aux motifs provençaux. A notre dernière visite, tout près d’elle, un bouquet de roses de son jardin devant lequel on s’extasie. Dans le petit vase en faïence aux flancs bien rebondis, trois roses. Une grosse rose rouge foncé aux larges pétales veloutés dont certains se replient tellement sur eux-mêmes qu’ils en sont presque pointus ; une autre tout aussi large d’un orange rosé, ou d’un rose orangé, cela dépend d’où le regard se pose – sur le bord du pétale, c’est orange, sur sa naissance dans le cœur piqueté d’étamines jaunes, c’est rose ; une troisième encore en bouton, rose tendre. Alors, de quoi parle-t-on ? Des roses. De celles-ci dans le vase tout d’abord.
    L’amie parle : Elles ont un nom, mais je ne m’en souviens plus. C’est mon mari qui avait planté les rosiers. Il prenait ses roses chez Meilland. La rouge, je me demande si ce n’est pas une Madame Meilland. Elles sont tellement parfumées.
    De celles du jardin, ensuite.
    L’amie parle : Il y en a d’autres dans le jardin. Vous en voulez une ?
    Et on descend, difficilement, les quelques marches. On longe l’allée bordée de rosiers pleins de promesses de roses et d’autres épanouies. Presque devant chaque arbuste, elle cherche le nom. Elle parle des roses. Elle dit aimer tellement les roses, dont celui-ci ; et elle montre celui aux roses rouge foncé, pourpres.
    L’amie parle : C’est comment, déjà, ce poème qui parle des roses ? Vous savez, ce poème, là…
    Mignonne, allons voir si la rose ?
    L’amie parle : Oui ! C’est ça !
    Et on lui récite avec maladresse parce qu’on s’en souvient moins bien qu’on ne l’aurait cru ce poème de Ronsard, que voici pour aujourd’hui, et qu’on lui apportera pour qu’elle le lise si elle y pense.

    Mignonne, allons voir si la rose
    Qui ce matin avait déclose
    Sa robe de pourpre au soleil,
    A point perdu cette vesprée
    Les plis de sa robe pourprée,
    Et son teinte au vôtre pareil.

    Las ! voyez comme en peu d’espace,
    Mignonne, elle a dessus la place
    Las ! las ! ses beautés laissé choir !
    O vraiment marâtre Nature,
    Puisqu’une telle fleur ne dure
    Que du matin jusques au soir !

    Donc, si vous me croyez mignonne,
    Tandis que votre âge fleuronne
    En sa plus verte nouveauté,
    Cueillez cueillez votre jeunesse :
    Comme à cette fleur la vieillesse
    Fera ternir votre beauté.

  • Un poème pour la journée. L’Albatros de Charles Baudelaire.


    Voilà aussi un poème qui compte. C’est à l’école qu’on l’a lu pour la première fois, à une époque chagrine qui a fait résonner ces vers de Baudelaire. Il évoque le poète à travers cet albatros mais quiconque se sent incompris et mal à l’aise dans son monde peut s’identifier à l’oiseau. Grâce à ce poème, si on savait déjà que le monde pouvait être cruel, on a appris que la poésie permet de le dire et de ne pas garder en soi ses douleurs.
    Et aussi, mais ça c’est bien longtemps après qu’on l’a compris, que là où on est, quand on est empêtré par « des avirons » à traîner, qu’il suffit d’arriver à les prendre pour se relever, marcher pour certains, voler pour d’autres, laissant derrière soi ces « hommes d’équipage ».
    Qui n’en a pas connu, de ces « hommes d’équipage », ces groupes de gens qui font bloc, qui prennent tant de plaisir à ricaner et à se moquer de la faiblesse d’autrui… Ils sont si violents, si méchants, ils semblent si forts et si certains de nous couper les ailes ! Mais n’est-ce pas qu’ils sont envieux de cette belle proie à laquelle, en fait, ils aimeraient tant ressembler ? N’est-ce pas eux, en fait, qui ont peur de se mettre à marcher ou à voler ou à être libre ?
    Ah ! Baudelaire ! Comme on ne cessera jamais de te remercier pour cet Albatros sauveur découvert, un après-midi morne, dans un livre qui tout à coup s’ouvrit sur un ciel infini !

    L’Albatros.

    Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
    Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
    Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
    Le navire glissant sur les gouffres amers.

    A peine les ont-ils déposés sur les planches,
    Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux,
    Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
    Comme des avirons traîner à côté d’eux.

    Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
    Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid !
    L’un agace son bec avec un brûle-gueule,
    L’autre mime, en boitant, l’infirme qui volait !

    Le Poète est semblable au prince des nuées
    Qui hante la tempête et se rit de l’archer ;
    Exilé sur le sol au milieu des huées,
    Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.

    Charles Baudelaire.