Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pages du ciel - Page 5

  • Les pages du ciel.

    Lundi. Matin. Une ligne fine de nuages roses barre le ciel. Comment les nuages ont-ils réussi à se rassembler ainsi dans cette douce diagonale ? Voudraient-ils, peut-être, offrir aux oiseaux migrateurs un long fil de repos au cœur du firmament ?
    Mardi. Nuit. Les étoiles brillent en guirlandes pour décorer la nuit comme un sapin de Noël.
    Mercredi. Milieu du jour. Un ciel bleu impeccable : lisse et sans nuage. C’est ainsi qu’on le trouve rassurant car il est infini.
    Jeudi. Matin. La nuit traîne encore un peu comme quand la fête terminée, on est sur le départ mais on hésite à franchir le pas de la porte en parlant de choses et d’autres. C’est le moment où le jour vaque à ses besognes : un peu de clarté à l’est ; on pousse vers le fond un reste de lune qui saura trouver seul le chemin d’une autre nuit ; on éteint une à une les étoiles, et il y en a toujours une quelque part qui joue à cache-cache avec l’éteignoir.
    Vendredi. Matin. Il fait jour, certes, mais les nuages hésitent à laisser le champ libre à l’azur. Il vaut mieux prendre le chapeau de pluie.


  • Les pages du ciel.

    Lundi. Deux ciels le matin. L’un, à l’est, d’une dominante rose, touffu de nuages sombres car sans doute encore endormis. L’autre à l’ouest, plutôt blanc.
    Mardi. Que de la nuit. Il fait froid : même les étoiles sont restées à l’abri.
    Mercredi. Ce sera le ciel du soir car le temps a manqué pour remarquer celui du matin. Ce sera le ciel du crépuscule plutôt que celui de l’aube. D’ailleurs, d’où vient le beau mot de crépuscule ? A l’ouest, le bleu vire au rose puis au violine et enfin à ce bleu du début de la nuit, encore clair finalement. Pas de nuages.
    Jeudi. Ciel lisse et impassible qui vaque à son occupation de l’aube : laisser la place au jour. Il fera clair.
    Vendredi. Les nuages forment comme des cheminées tout d’abord – c’est aussi l’hiver dans les cieux - puis se laissent modeler par le vent. On s’amuse à imaginer des formes, des pays, des gestes.