Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bonheur du jour - Page 2

  • Café.

    En pensant au repas du 1er janvier, aller chercher du café, du vrai, du café qui embaume, qu’on moud juste avant de le passer, qui ne peut être servi que dans les plus jolies petites tasses qu’on ait. On discute avec le marchand qui fait sentir les cafés les uns après les autres. On fait ainsi un voyage embaumé. On précise les types de cafetières : la française, l’italienne. On finit par choisir le fameux Moka d’Ethiopie et le gentil marchand de sourire en disant qu’on y est fidèle, à ce moka-là, car on en prend souvent, finalement.
    On confirme qu’on aime, oui, ce café doux et soyeux.
    On se souvient alors qu’on en avait parlé lors d’un bonheur du jour il y a, oui, des années.
    On se souvient aussi qu’on avait décidé il y a, oui, des années, de partager les petits textes qu’on aimait écrire et qu’on avait pris des conseils car on ne savait pas comment faire pour créer un blog.
    On égrène dans sa tête les années : 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, et maintenant 2017.
    La première note de 2010 parlait d’une rose de Noël toute encapuchonnée de givre. La dernière note de 2017 parle de Moka d’Ethiopie.
    Et 2018 ? ….

  • Moisson.

    Au marché, choisir parmi les bouquets vendus au profit du Téléthon par des élèves d'un CFA, les anémones parme.
    Préparer plusieurs cartes de Noël qu'on postera quand, lundi, on ira chercher à la poste de jolis timbres.
    Recevoir en cadeau deux si jolies lampes de chevet pour qu'on puisse bien voir quand on lit le soir ou le matin, c'est selon.
    Faire des petits biscuits de Noël au gingembre.
    Acheter un nouveau chapeau de pluie au magasin Coucou chez nous pour quand on pourra aller marcher le long de la corniche de Tamaris.
    Garder près de soi Feuilles d'herbes, de Walt Whitman.
    Commander à la librairie Charlemagne une biographie d'Emily Dickinson par Claire Malroux.
    Puisqu'il faut rester le plus souvent possible tranquille, lire, lire, lire.