Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bonheur du jour - Page 3

  • Jasmin.

    En allant aux courses, faire un détour par la rue qui longe la bibliothèque du Clos St Louis : on sait y trouver du jasmin, mais on ne sait pas s’il a déjà fleuri dans cette deuxième partie du mois de mars.
    Dès le virage, on l’aperçoit. Fleuri. L’ensemble reste sombre, de cette teinte lie-de-vin qui précède la floraison, mais ça et là de petites fleurs à corolles blanches ont déjà pointé vers le jour.
    On presse le pas. On arrive juste devant. Des deux mains, on approche le jasmin du visage pour en respirer le parfum. Qui n’a pas senti le parfum du jasmin ne sait peut-être pas encore ce que peut être la douceur de vivre.
    On coupe deux branchettes le plus délicatement possible. Elles flottent ensuite au rythme des pas qui ramènent à la maison.
    Dans le petit vase dédiée au jasmin au Printemps, on les installe avec précaution pour ne pas froisser les fleurs et brusquer le parfum délicieux. Les tiges souples regardent tout autour d’elles : on les a posées sur le bureau, au milieu des livres. On s’émerveillera tout au long du jour, durant la nuit aussi, et au matin encore plus, de ce que deux branchettes de jasmin embaument toute la maison qui n’a quasiment pas de portes.




  • Moisson.

    Au marché, prendre la première botte d’asperges de la saison.
    Récupérer à la librairie Charlemagne la commande de livres.
    Tenir la main de quelqu’un dans l’épreuve, sans rien dire, parce qu’il n’y a rien à dire, simplement à être là.
    Accepter de s’occuper d’un problème qu’il faut régler, arriver à le régler, même si cela a coûté beaucoup d’énergie et réveillé beaucoup de chagrin, mais on pouvait le faire, alors on l’a fait.
    S’extasier devant la draisienne d’une petite de trois ans qui est fière de savoir s’en servir.
    Recevoir un message de quelqu’un qui est loin.
    Mettre de côté les cyclamens blancs qui sont restés fidèles tout l’hiver : ils doivent se reposer maintenant pour pouvoir refleurir l’an prochain. Faire de même avec les bruyères.
    Ecrire quatre pages.
    Mettre dans un grand vase bleu un gros bouquet de gerberas jaune d’or.
    Mélanger de l’eau de lavande de la Maison Empereur de Marseille à l’eau déminéralisée dans le réservoir de la centrale vapeur et repasser dans de belles effluves tout en écoutant Purcell.
    Faire les vitres au vinaigre blanc.