Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bonheur du jour - Page 7

  • Portraits de femmes.

    Relire avec un grand plaisir la nouvelle de Marguerite Yourcenar, Anna, soror.
    Quand on relit une histoire, après des années, on remarque d’autres choses. Ainsi, lors de cette relecture-ci, la blancheur d’Anna.
    « Anna, par exemple, était infiniment plus blanche. » ; « plus blanche que son linge » ; « plus blanche que la chair des cierges » ; « par cette fille que le noir qu’elle portait rendait plus blanche et plus mince. » Marguerite Yourcenar lui a inventé une filiation en utilisant des personnages historiques réels, comme Agnès de Montefeltro (1470-1523) et Vittoria Colonna (1490-1547). A-t-elle inventé son physique en regardant des tableaux de femmes italiennes ? On sait qu’elle aimait la peinture, en connaissait bien l’histoire, avait beaucoup voyagé et, sans doute, ses pas l’ont-ils menés vers Florence ? Alors, on regarde des portraits et on imagine quel est celui qui pourrait avoir inspiré l’auteur ; laquelle parmi ces femmes ressemblerait le plus à Anna… Une femme pâle, brune, richement vêtue, portant des guimpes. On trouve des portraits de Vittoria Colonna, bien sûr ; il y a aussi celui d’Eléonore de Tolède ; on s’arrête un bon moment devant celui de Lucrezia de Médicis par Bronzino mais une femme prénommée Lucrèce pourrait-elle avoir inspiré le personnage d’Anna ? On ne saura jamais.

  • La question du lundi : travail manuel.

    La période des vacances s’achève. Les uns rentrent chez eux, les autres restent chez eux après avoir fait maison ou table ouvertes. Toujours agréables, ces rencontres, ces jours où on se retrouve. Mais, aïe, parfois, on sent un peu de tensions car les modes de vie peuvent diverger. Pour tenir, ici, on a un truc. Ce truc, c’est le tricot. Pendant les longs moments de télévision et de zappette ponctués de « mais y rien à voir » ou "on l'a déjà vu", les autres longs moments pendant lesquels on ne voit plus aucun visage mais que des sommets de crâne car qui regarde sa tablette, l’autre son téléphone, le troisième le téléphone de l’autre, les moments encore plus longs pendant lesquels on joue si on ne teste pas des applications diverses et variées, on compte ses mailles et on bénit le jour où on a pris goût au travail manuel.

    Et vous, quel est le travail manuel qui vous sauve de l’ennui ?