Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bonheur du jour - Page 4

  • Moisson.

    Prendre le bateau pour traverser la rade et aller au marché du Cours Lafayette. Retrouver les marchands habituels et revenir avec des olives, de la tapenade, des haricots verts et des fleurs.
    Balayer la terrasse et la faire toute propre pour que les chats puissent y faire la sieste.
    Retrouver les copines pour l’après-midi hebdomadaire tricot-couture-thé et promettre qu’on sera là la semaine prochaine.
    Tricoter un bonnet en côte 1X1, taille 3 mois, avec pompon.
    Ecouter Chopin.
    Ranger le tiroir de la cuisine où sont les couverts. Retrouver ainsi 3 épluche-légumes.
    Trier les chaussettes et bien les plier par paires. Attacher les chaussettes orphelines avec un ruban rouge et se promettre de retrouver leur moitié.
    Ecrire un peu.



  • Une phrase à méditer : le courage.

    « Notre vie se contracte et se dilate en fonction de notre courage », Anaïs Nin.


    On a trouvé cette phrase toujours dans L’effet télomère au moment où l’auteur évoque les effets positifs sur le cerveau et la longueur des télomères de l'engagement pris par un groupe de personnes retraitées de s’occuper bénévolement, quelques heures par semaine, de jeunes en difficultés.
    Anaïs Nin. On avait lu cette auteure il y a des dizaines d’années quand son journal avait été édité, ou réédité.
    Le courage. On aime cette qualité. On aime la retrouver chez ceux qu’on côtoie. Si on suit les propos d’Anaïs Nin, on se tient dans une belle posture, droite et vaillante, quand on a du courage.
    Mais dans notre monde actuel, cette valeur est-elle mise en avant ?
    Ici, dans la maison au milieu du vent, on a écrit ce mot sur un petit carton, courage, et on l’a posé sur le bureau, contre le pied de la lampe.