Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chemin du manteau

  • Moisson.

    Ramener une belle barquette de cerises d’Ampus. En garder près de soi une poignée et ranger le reste dans le coffre. Conduire fenêtre grande ouverte pour pouvoir cracher les noyaux.
    Nettoyer la terrasse de fond en comble et repeindre en blanc le fer forgé rouillé de la pergola et en bleu la petite lanterne qui l’éclaire le soir.
    Se baigner, enfin.
    Préparer les premiers poivrons à l’huile de la saison.
    Manger un couscous en famille.
    Poursuivre la lecture de la correspondance des Soeurs Brontë, deux à trois lettres par soir et savoir, par une lettre dans laquelle elle en parle, qu'une amie va faire de même.
    Relire le début des Hauts du Hurlevent qu’on avait lu quand on avait quinze ans.
    Terminer Foutez-vous la paix, de Fabrice Midal et l’offrir à quelqu’un.
    Marcher le long de la corniche de Tamaris et remonter par le chemin du Manteau parce qu’il est bien ombragé.




  • La question du lundi : tailler une bavette.

    Avec quelles personnes, que vous ne connaissez ni d’Eve ni d’Adam, allez-vous aimablement tailler une bavette aujourd’hui, demain, ou cette semaine ? Vous savez, de ces gens qu’on voit sans voir et sans rien leur dire puisqu’on ne les connait pas.
    Le voisin de trajet dans le bus ou le train.
    La voisine de file à la boulangerie.
    Le voisin de palier qui, justement, sort en même temps que vous pour aller jeter la poubelle.

    Pour la semaine passée, ici, ce fut :
    - Un monsieur âgé qui remontait aussi le chemin du Manteau. Il promenait son chien et avait fait une pause dans la montée. On lui dit bonjour. Il enchaîne : «Quel beau temps, n’est-ce pas ?». Alors, on a fait aussi un arrêt. On a répondu. Il a montré de la main la beauté du ciel. On a suivi sur la beauté du paysage. De fil en aiguille, on a évoqué les glycines du chemin, le Faron en face qui resplendissait dans la lumière. Quand il eut fini sa pause, il dit : « Allez, on y va». Et on y est allé.
    - Une dame au milieu des légumes du producteur, tenant entre deux index une branche de betterave qu’elle regardait avec circonspection. On lui dit : « C’est délicieux, ça, en tarte, comme les épinards, ou les blettes ». « Oui, mais c’est quoi ? », demanda-t-elle. « Des feuilles de betteraves ». « Ah…. » Et nous avons parlé produits locaux, légumes, cuisine maison et recettes.

    A vous !