Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

olga tokarczuk

  • Graines, Sainte Catherine, tendresse.


    Le 25 novembre, c’est la Sainte Catherine. Un proverbe dit : « A la Sainte Catherine, tout prend racine. »
    Alors, que planter aujourd’hui ?
    Des graines de persil, de trèfle ou de coriandre, des tulipes – on vient de planter quelques tulipes Rembrandt - ou des muscaris ou encore des narcisses.
    Des graines de décisions – en particulier la décision qui attend depuis si longtemps….
    Ou des graines de tendresse aussi, pour en revenir à ces belles lignes d’Olga Tokarczuk dans son Discours de réception du prix Nobel de littérature 2018 :
    « la tendresse c’est se sentir intensément concerné par l’existence d’un autre, par sa fragilité, par son caractère unique, sa vulnérabilité face à la souffrance et à l’action du temps qui passe » (1)




    (1) Olga Tokarczuk : Le tendre narrateur, 2020, Les Editions Noir sur Blanc, traduit du polonais par Maryla Laurent, p. 39

  • Anne Le Maître, Olga Tokarczuk, Denise Schmand-Besserat, Marguerite Yourcenar, forêt de Janas.

    Lectures : Un si grand désir de silence, d’Anne Le Maître et deuxième lecture du Tendre narrateur d’Olga Tokarczuk et de La genèse de l’écriture de Denise Schmandt-Besserat. Habitude prise de lire relire une deuxième fois un livre après avoir lu, il y a des années et des années de cela, une interview de Marguerite Yourcenar dans laquelle elle disait faire comme cela.

    Marche : Dans la forêt de Janas, un après-midi de temps gris, pour entendre les oiseaux chanter, bercés par le doux balancement des branches dans le vent et le froissement des feuilles à chaque pas.

    Emotion : Recevoir un message très émouvant d’une lectrice d’Aussitôt que la vie. Cela fait vraiment chaud au cœur.