Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

emmanuel godo

  • Livres du matin / du sac à main / du soir.

    Le matin, une biographie de William Faulkner d’André Bleikasten en alternance avec Appia, de Paolo Rumiz. Cette biographie de Faulkner a été publiée en 2007. On la relit avec plaisir car Faulkner sera un bon compagnon pour les mois à venir. Appia, de Paolo Rumiz a été signalée par une amie à qui on a en retour signalé deux autres beaux livres du même auteur : Le phare, voyage immobile et Comme des chevaux qui dorment debout.
    Dans le sac à main, Almanach pour une jeune fille triste, de Marie Noël signalé par Emmanuel Godo dans son beau livre Mais quel visage a ta joie ?
    Le soir, Sartoris, de William Faulkner, en alternance avec Le désert des Tartares, de Dino Buzzatti. On a plaisir à retrouver tous les John et tous les Bayard Sartoris et l'écriture de Faulkner, si intense. Quant au Désert des Tartares, on y a repensé lors de la visite du Fort Balaguier au moment des journées du Patrimoine.

  • Partager une lecture.

    Un très beau passage, page 50, dans le livre d’Emmanuel Godo, Mais quel visage a ta joie ?
    L’auteur raconte que pendant des années il est passé sur le chemin de son trajet professionnel près d’un panneau indiquant la ville de Choisy-la-Victoire et, en lisant ces mots, il a pu canaliser ses forces. Voici ce qu’il écrit :

    « La victoire de l’esprit de vie sur l’esprit de mort. La victoire de la liberté sur le servage. La victoire de la volonté sur la paresse. La victoire de la dignité sur l’avachissement. La victoire de la parole vraie sur le simulacre. La victoire de la grandeur sur la médiocrité. La victoire de l’intelligence sur le bêtise. La victoire de l’effort sur la facilité. La victoire du visage sur le masque. (….) Contre toutes les tentations du renoncement, contre toutes les voix qui, en toi ou hors de toi, réclament à voix de sirène de l’étriqué, de l’accommodement raisonnable, qui t’invite à abdiquer ta conscience, ta souveraineté d’homme libre. Choisis la victoire. »

    C’est un bonheur de partager cette lecture avec vous tous.