Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Moisson.

    Ne pas avoir kiné pendant deux semaines.
    Planter des gazanias orange et jaunes autour du pied du chèvrefeuille.
    Nettoyer la vitrine de fond en comble.
    Sur la route de St Cyr, se régaler de voir sur les bords des chemins des coquelicots tout pimpants.
    En sortant de L’Entraide, remarquer que la bourrache a fleuri ; en manger une fleur et inciter ceux qui sont là à faire de même ; une dame s’exclame : « C’est la première fois de ma vie que je mange des fleurs ! ».
    Mettre dans le carton pour le prochain envoi à Tricoter Cœur un pull taille 2 ans qu’une amie a tricoté spécialement pour participer. On trouvera dans ce carton également : une brassière blanche et rose taille 3 mois avec les petits chaussons et un bonnet assortis, un pull irlandais garçon taille 6 mois, un pull garçons taille 18 mois bleu et blanc, une brassière rose en rangs raccourcis taille 3 mois avec les petits chaussons assortis.
    Ecouter Emmanuel Schmidt parler de son dernier livre sur Chopin et avoir une grande envie de le lire au plus vite.
    Recevoir la commande de l’Herboristerie du Père Blaize.
    Donner le biberon à un bébé qui s’y agrippe très fort puis qui s’endort en têtant.

  • La gourmandise des mots : ombellule.

    On ne peut que se réjouir d’avoir décidé d’utiliser les longs moments de repos à étudier un peu la Botanique car on apprend de nouveaux mots. Ah …. les mots ! Ils ont toujours été fascinants et quand on en rencontre un, jusque-là inconnu, on en ressent une sorte de jubilation difficile à décrire. C’est une véritable gourmandise.
    Ainsi, le mot ombellule.
    On regardait les fleurs du fenouil, ô combien odorant. L’inflorescence du fenouil est une ombelle. Cela ressemble au mot ombrelle et on imagine tout un tas de petits personnages, lutins ou grenouilles, c’est selon, venir sous les ombelles de fenouil se protéger des premières ardeurs du soleil. En avançant dans la recherche autour du mot ombelle, on apprend qu’il existe des ombelles simples, et d’autres composées. Ainsi du fenouil. Et c’est là qu’apparaît le mot ombellule. Celui-là, on l’ignorait. Quand il y a une ombelle dans l’ombelle, c’est une ombellule…. Le Trésor informatisé de la langue française rapporte l’utilisation de ce mot, en 1598 pour désigner le parasol du Doge de Venise et indique un dérivé : ombellée. Ombellée. On répète ces deux mots musicaux : ombellée, ombellule.
    Et comment ne pas penser alors aux libellules de l’été, car il n’y a qu’un pas de l’ombellule à ces élégantes.