Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La tasse de thé.

On n’a pu écouter que le tout début d’Allegretto, l’émission de la délicieuse Denisa Kerschova l’autre jour, mais on a bien entendu que le tableau du jour était La tasse de thé, d’André Derain.

André Derain est un peintre qu’on aime infiniment car il ne peut être dissocié des paysages du midi pour la peinture desquels on a longtemps cru que le Fauvisme avait été créé. Mais non.

Que voit-on sur ce tableau ? Une femme, assise sur une chaise au haut dossier sur lequel elle semble avoir posé son manteau rouge ; près d’elle, une théière et une tasse ; elle lit mais, dans l’instant où le peintre a capté son image, elle a cessé de lire et son regard se perd.

On aime ce tableau qui évoque des instants familiers quand, au café, on s’installe pour lire ou écrire. Bien souvent, n’est-ce pas, on s’arrête pour lever la tête et regarder au dehors les passants mais, au bout d’un instant, un court instant, on ne les regarde plus, on est loin. Est-on dans le livre ? Oui, dans les mots écrits, lus, et tous ceux dont on rêve ; dans les images ; dans les ailleurs. Puis, on revient à l’instant présent, on se redresse, on boit une gorgée de thé et on reprend le livre ou le carnet sur lequel on écrit.

Sur la couverture de M Train, de Patti Smith, on la voit ainsi au café, avec ce même geste d’une main qui soutient le visage, et le regard tourné vers l’ailleurs.

Commentaires

  • Bonjour,
    J'aime particulièrement ce moment où le regard se lève et commence à se perdre, à côté d'une tasse... merci de l'avoir si bien évoqué ! Et merci pour ce blog que j'ai découvert il y a quelques semaines déjà et que j'ai appris, peu à peu, à déguster !

  • Merci pour votre commentaire et merci aussi pour vos visites. Cela me touche. Je suis toujours ravie d'avoir de nouveaux lecteurs ou lectrices.

  • C'est exactement ça. Parfois aussi on peut lever la tête du livre et se mettre à observer les gens qui passent ou sont là et on leur invente une histoire, une vie autre que la leur. Alors on devient auteur et non plus lecteur.

  • tu dis bien cet instant où porté par les mots, notre regard s'évade du livre sans vraiment le quitter, juste pour intégrer un passage, ou le fuir, c'est selon ... mais toujours pour y revenir ... où que l'on soit !
    amitié .

  • LIre un livre , une tasse de thé à proximité , est un moment exquis ,
    Bien des tableaux offrent cette image même de la quiétude , tout comme , sur les estampes chinoises , l'image du pêcheur à la ligne assis dans sa barque , au milieu d'une paix céleste ! La senteur et le goût du thé , le bonheur de lire , le silence environnant ...On ne sait ce que lit cette dame , peut-être Théodore de Banville :
    "Miss Helen , versez-moi le thé
    Dans la belle tasse chinoise
    Où des poissons d'or cherchent noise
    Au monstre rose épouvanté ..."

  • J’aime cet instant hors du temps, mais non hors du livre, où le regard se perd pour se mêler aux mots. Et tant pis pour le thé ou le café qui refroidit car lui, c’est sûr, il est oublié et perdu.

  • Oui, c'est vrai, parfois on a laissé le café ou le thé refroidir... C'est une belle ambiance que celle des cafés.
    Merci pour ce commentaire.

  • Se mettre en retrait, tout en restant dans le monde, entouré des autres , observer, laisser ses pensées divaguer, reprendre sa lecture, prendre une gorgée de thé, être ici et ailleurs.... quel délice. ,
    Amitiés

  • J'aime la solitude, mais je peux aussi être au milieu du monde - ce n'est pas incompatible pour moi. Le café offre ces deux possibilités !
    Merci pour ce commentaire.

  • Thé ou café, qu'importe le breuvage, on est bien, là.
    La lecture emprisonne la conscience, mais le mouvement du corps d'une personne qui s'installe à la table à côté, un bruit de rue, le garçon qui vous rapporte la monnaie, et petit à petit nous voilà revenus à la vie tout autour.
    J'adore ces instants. Paris regorge de cafés et brasseries, c'est mon "luxe" d'y aller très souvent.

  • Quand j'habitais et travaillais à Paris, j'aimais m'arrêter au café juste avant d'aller au travail. Je n'ai jamais cessé de fréquenter les cafés, où je peux rester très longtemps.
    Merci pour ce commentaire.

  • Un très beau tableau où tous les éléments s'évanouissent pour se centrer sur le regard. J'y sens ces moments précieux ou l'on n'est plus dans le fonctionner, l'activité, mais dans l'être. Cela me fait penser au concert de patricia Barber hier soir où les 3 musiciens laissaient des espaces de temps.
    Bises et merci pour ta réponse.

  • Tu décris si bien ces instants entre rêverie et contemplation. Quelques pensées, puis un retour fugitif au temps présent, il pourrait sembler que l'écriture n'avance pas vite, mais c'est le contraire. Elle se nourrit de cette lenteur, de ces pauses.
    Belle journée Marie, je t'embrasse et te remercie pour cet écrit (qui m'a permis d'aller voir et connaitre ainsi le tableau d'André Derain).

  • Ravie de ce partage. J'aime beaucoup André Derain qui a beaucoup peint la région où je vis, avec ses couleurs vives.
    Merci pour ce commentaire.

  • L'écriture a besoin de silence, de rêverie pour mieux s'exprimer ensuite.. Regarder un tableau, lire un livre, c'est partir en voyage et travailler son imaginaire.. On en a tellement besoin.. bien reçu votre mail. Amicalement

  • Merci beaucoup.

  • ...et je revois ce livre magnifique de Laure Adler qui présente avec toute sa sensibilité et son intelligence tant de tableaux de femmes 'en lecture'… un livre à mettre vite-vite entre vos mains chère Marie-de-la-Vie !!..

  • Le livre est magnifique... à lire absolument. :)

  • Merci de m'inciter à chercher ce livre de Laure Adler !
    Bonne journée.

  • Le thé est une drogue ...très, très douce !

    Est-ce sa couleur dorée, sa légèreté, ses origines
    orientales ?
    Dès le petit-déjeuner, nous partons sur son nuage,
    sur les terres qui l'ont vu naître, celles du soleil levant !...

    Belle journée, Marie, et merci pour les images en mots !

  • suite : en pleine émotion à vous lire et vous écrire, j'en ai oublié le titre : "Les Femmes Qui Lisent Sont Dangereuses"... dang'heureuses !!…….

  • Et même d'anges heureuses!

  • C'est un livre que j'aurais acheté pour sa couverture... :)
    Un grand merci pour cette tasse de thé...
    Passez une douce journée.

  • La couverture est toujours un élément important dans le choix d'un livre. La photo de Patti Smith est bien fidèle au personnage.
    Merci pour ce commentaire.

  • Je connais le tableau que vous évoquez et comme votre texte est bien vu .. C'est exactement cela, j'aime lire dans les cafés, où l'on peut s'extraire quelques minutes d'un roman pour regarder autour de soi, reconnecter un autre univers, et replonger ensuite en oubliant l'agitation ambiante.

  • Je vois que vous êtes une habituée de l'ambiance des cafés - comme moi, d'ailleurs. Je les fréquente depuis très très longtemps maintenant.
    Merci pour ce commentaire.

  • Et pour les femmes de dos, en peinture, le merveilleux Hammershoi... Ou comment sans le regard même la personne est profondément là.

  • Ah Hammershoi , c'est le summum de la vie épurée !
    Savez-vous que la mise en scène de l'Opéra de Massenet , "Werther " , avec Jonas Kaufmann dans le rôle-titre , est inspirée des oeuvres de ce peintre ?

  • Je ne connais pas du tout ce peintre ! Merci de me le faire découvrir. J'aime les partages, les découvertes, les éblouissements.
    Merci pour ce commentaire.

  • Hammershoï : une belle découverte il y a quelques années grâce à Philippe Delerm. Je guette une expo retraçant son œuvre !

  • Je suis allée voir ce que c'était, ce tableau (inconnu) Je tape actuellement avec la tasse de thé (vide) sur le bureau. La chatte n'est pas loin. Ambiance complète.

  • Et quel bon thé ? Je bois principalement du thé rouge, sans théine, de chez Mariage Frères. Une marque que j'utilise depuis .... des lustres.
    Merci pour ce commentaire.

  • A cette heure c'était un des thés de Noel (oui, je sais, mais 100 grammes ça dure, et j'en avais d'autres en avance)
    Sinon le matin, c'est le Broken Orange Pekoe bien basique, vite infusé, acheté par 200 grammes. L'après midi, un thé parfumé. Plus en soirée, on tombe dans la tisane, le roobois, etc.
    Bien sûr tout cela acheté en vrac en boutique, et servi dans des théières (j'en collectionne, avouons-le)

  • Merci pour la découverte de ce tableau . J'aime! Le livre de Patti Smith est dans mes projets de lecture .

  • Je suis sûre que tu aimeras ce livre de Patti Smith. J'ai commencé hier soir Just Kids...
    Merci pour ton commentaire.
    Caresse aux deux félins.

  • Le thé incite à la rêverie, peut-être plus que le café parce qu'un café se boit rapidement, un thé se déguste par petites gorgées... J'en ai devant moi, un thé blanc au citron de chez Clipper, il est tout simple mais il est bien après les courses de l'après midi, il désaltère et il laisse sa place à la rêverie... Bel après midi Marie. brigitte

  • Je ne connais pas cette marque Clipper. Je suis une fidèle des thés Mariage, mais principalement du thé rouge, le rooïbos, sans théine. Je pense que le café peut aussi entraîner à la rêverie quand on prend le temps de le siroter.
    Merci pour ton commentaire.

  • merci de ta visite
    oui 5 chimio ,j'en ai encore pour 16 mois
    maisil se peut que suivant les résultal certaines peuvent s'espacer je ne trouveplusta question du lundi ?
    je t'embrasse fort
    très beau ton texte car c'est si juste

  • Je suis vraiment très touchée de ta visite alors que tu es en train de te soigner. Merci beaucoup.
    Je t'envoies par mail la dernière question du lundi.
    A bientôt.

  • Je suis allée voir sur internet la couverture du livre de Patti Smith : en effet, elle est accoudée à une table de café, le regard dans le vide. Je ne vais jamais dans les cafés seule, je n'ose pas. Mais peut être que si je connaissais le café (comme celui de la grand'rue de ma ville de naissance et où j'ai vécu 21 ans), j'irai de temps en temps pour lire ou attendre un ou une amie. Bonne soirée. Bises.

  • Je suis une inconditionnelle des cafés et j'aime m'y rendre, surtout quand je vais au marché. Hop, une petite halte.
    Merci pour ce commentaire.
    Bonne journée.

  • Lever la tête pour mieux replonger ensuite dans une délicieuse histoire ... un doux bonheur !

Écrire un commentaire

Optionnel