Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Voix.


Il y a quelques jours, fleurissement de leurs tombes, en jaune et blanc. Jaune pour leurs rires ; blanc pour leurs enfances parce que toute vie commence par une enfance.

Aujourd’hui, loin de ce lieu fleuri, aller devant la mer et lire à haute voix, le réciter presque, ce poème de Cavafis (1) :

Voix

Voix sublimes et bien-aimées
de ceux qui sont morts, ou de ceux
qui sont perdus pour nous comme s’ils étaient morts.

Parfois, elles nous parlent en rêve ;
parfois, dans la pensée, le cerveau les entend.

Et avec elles résonnent, pour un instant,
les accents de la première poésie de notre vie –
comme une musique qui s’éteint, au loin, dans la nuit.




(1) Constantin Cavafis, En attendant les barbares, p. 31, Poésie/Gallimard, NRF, 2003. Traduction de Dominique Grandmont.

Commentaires

  • J'adore les voix d'outre tombe de Constantin Cavanis, que je découvre grâce à toi, merci.
    Belle journée

  • Bonjour, chère Livia, et merci pour ce commentaire. La poésie de Constantin Cavafis est forte.
    Bon dimanche.

  • Très beau poème pour la Toussaint. Nos morts continuent à être présents dans nos cœurs tant que nous sommes nous-mêmes en vie.

  • Bonjour, chère Chêne vert, et merci pour ce commentaire.
    Bon dimanche.

  • Je réalise, en lisant ces lignes, que je n'arrive pas à retrouver certaines voix de disparus portant très chers... dur ! dur !

  • Bonjour, chère Odile, et merci pour ce commentaire. Ce que vous dites est très juste. Nous sommes tous confrontés à cela.
    Bon dimanche.

  • Un doux poème où perce la nostalgie...
    Je t'embrasse, chère Marie, et te souhaite un après-midi paisible.

  • Bonjour, chère Pahi et merci pour ce commentaire.
    Bon dimanche. A très vite.

  • Absolument magnifique, Marie.... Merci pour ce doux rapoel, mes trois envolés viennent se poser sur mon chemin régulièrement, et à défaut de veiller sur moi, ils m'accompagnent avec bienveillance, c'est grâce à eux que j'existe. Sans peine et avec une reconnaissance gratitude, une pensée d'amour pour elles et pour lui....Douce journée pour vous.

  • Bonjour, chère Nastagio, et merci pour ce commentaire. J'y réponds un peu tard. J'aime votre expression : mes envolés.
    Bon dimanche.

  • Trés beaux poème . Mes chers disparus habitent mon coeur et nous nous accompagnons chaque jour.

  • Bonjour, chère Zoé, et merci pour ce commentaire. Ils restent dans nos cœurs, oui.
    Bon dimanche.

  • Quelle pureté dans ce chant à nos morts !

    Je ne connaissais pas ce poète, sa musique mérite
    d’être diffusée autour de nous…
    A chaque fête de la Toussaint, nous retrouvons
    encore plus étroitement la présence spirituelle
    de ceux qui ne sont plus :
    les fleurs que nous déposons sur leurs tombes
    sont les plus belles messagères de cette communion…

    Très cordialement, chère Marie, la mer est effectivement
    un lieu tout indiqué pour recueillir nos souvenirs !

  • Bonjour, chère Fiorenza, et merci pour ce commentaire. Tous les lieux vastes et silencieux sont propices au flux des souvenirs. La poésie de Constantin Cavafis est forte, et parle profondément aux coeurs.
    Bon dimanche.

  • Magnifique poème !
    En faisant le silence en nous, on les entend ces voix, on connaît les mots que nos proches auraient prononcés en telle ou telle occasion...
    Jaune pour le rire, entendre le rire des disparus aussi, mais oui!

  • Bonjour, chère Colo, et merci pour ce commentaire. Se rappeler les bons souvenirs, toujours. S'appuyer sur le bon qu'on a vécu.
    Bon dimanche.

  • Bonjour, chère Dominique, et merci pour ce commentaire.
    Bon dimanche.

  • Bonjour, chère Mâyâlilâ, et merci pour ce commentaire.
    Bon dimanche.

  • Un très beau poème. Je ne le rappelle pas de toutes les voix, mais quand-même je songe à eux. Bises

  • Bonjour, chère Andrée, et merci pour ce commentaire. Nous sommes tous concernés par cela, les voix qui s'effacent.
    Bon dimanche.

  • La nostalgie des défunts évoquée en des phrases poétiques ...
    douce pensée

  • Bonjour, chère Michèle, et merci pour ce commentaire.
    Bon dimanche.

  • cela me parle particulièrement 2 jours après les obsèques de maman
    je suis donc rentrée hier, et partie de Paris à 5 h 15, ayant "bouclé " les 900 kms en 10 h 30 ( je m' arrête régulièrement ), j' ai eu la chance d' arriver à temps pour passer chez le fleuriste puis au cimetière pour la bénédiction des tombes...même si mon mari n' attend pas cela,, que j' y passe souvent....et surtout que je lui parle et entend sa voix...comme dans cette belle poésie
    Merci, Marie

  • Bonjour, chère Irène, et merci pour ce commentaire. Quand il y a des tombes, il faut aller les fleurir, s'en occuper, rendre visite en quelque sorte.
    Bon dimanche.

  • Un très beau poème que je ne connaissais pas. Ces voix parfois on les entend parfois non et on se sent bien seuls. Bonne journée Marie

  • Bonjour, chère Manou, et merci pour ce commentaire. Quand on n'entend plus une voix, oui, c'est difficile ce moment.
    Bon dimanche.

  • C'est splendide... Je me souviens de la voix de mon père prononçant certaines phrases bien précises, des phrases à lui, pour nous.
    J'ai renoncé aux chrysanthèmes et posé trois bruyères sur sa tombe en granit brut.
    Traditionnellement, comme chaque année, mes grands-parents ont eu leur "Turner", un chrysanthème à grosses têtes joufflues, jaune d'or.

  • Bonjour, chère Triskell, et merci pour ce commentaire. C'est bien d'associer les défunts à des fleurs particulières. Les bruyères évoquent toujours pour moi ma grand-mère maternelle.
    Bon dimanche.

  • Bonjour, chère Sedna, et merci pour ce commentaire.
    Bon dimanche.

  • Bonjour, chère Pascale, et merci pour ce commentaire.
    Bon dimanche.

  • Merci Bonheur du jour pour ce beau et doux billet. Magnifique poème.
    Bel après-midi

  • Bonjour, chère Denise, et merci pour ce commentaire.
    Bon dimanche.

  • Bonjour, chère Tania, et merci pour ce commentaire.
    Bon dimanche.

  • Bonjour Marie,
    Victor Hugo a dit que l'on était réellement morts lorsque l'on ne parlait plus de nous ....
    Un très beau poème. Merci

  • Bonjour, chère Petits bonheurs, et merci pour ce commentaire. Je découvre cette citation de Victor Hugo. Je vais y réfléchir.
    Bon dimanche.

  • Bonjour, je suis la piste laissée par Pahi, à propos d'une de vos publications faite le 10 mai, 2022. Je l'ai commenté, un peu ..... Et là, beau texte sur la puissance évocatrice de la voix. Le cerveau s'en souvient, mais la mémoire se dilue. Parfois on garde cette voix sur le répondeur de nos petits téléphones. Amic@lement. Yann

  • Bonjour, cher Yann, et merci pour ce commentaire et pour cette visite.
    Bon dimanche. A bientôt peut-être...

  • Bonjour, chère Petite Verrière, et merci pour ce commentaire.
    Bon dimanche.

Écrire un commentaire

Optionnel