Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lectures, Chopin et Bach, fleurs de camomille.


Lectures : Fermé pour l’hiver et Le disparu de Larvik, de Jørn Lier Horst, empruntés à la Médiathèque Chalucet, de bons polars scandinaves ; La genèse de l’écriture, de Denise Schmandt-Besserat, un livre passionnant, pas toujours facile à lire : pourquoi, un jour, est né le besoin d’écrire ce qui ne l’avait pas été jusque-là … Et par conséquent, il y a eu des lecteurs…

Musique : Les Nocturnes de Chopin dans l’interprétation de Brigitte Engerer qu’on aime beaucoup et les Suites pour violoncelle de Bach dans l’interprétation de Pierre Fournier qu’on aime presqu’exclusivement.

Emerveillement : Au moment de préparer la tisane de camomille, prendre le temps de regarder ces fleurs d’un blanc crème et dont le cœur, à l’origine jaune, a pris des reflets verts à cause du dessèchement. Elles sont soyeuses et légères ; elles sentent bon. Où était leur champ ? Comment étaient leur vent et leur soleil ? Quelles étaient les mains qui les ont ramassées ? Quelle force leur a permis de germer et de croître, de fleurir et de proposer à la vie leurs vertus ?

Commentaires

  • merci, Marie, de ce Bonheur du jour, j' aime ton "émerveillement" et je vais tâcher d' en avoir de semblables aujourd'hui

  • ♥ oui merci pour ces émerveillements partagés
    j'aime bine la réflexion sur les fleurs infusées mais pas la camomille (beurk ! ) et Bach
    à plus tard j'essaie de repasser mieux à bientôt
    bonne journée à tous

  • Bonjour, chère Irène, et merci pour ce commentaire. S'émerveiller du vivant nous aidera à vivre, j'en suis convaincue.
    Bon mercredi.

  • question "lectures", je viens de lire ( d' une traite ) "Fin de vie en république" de Erwan Le Morehedec,, l' amie qui me l' a prêté l' avait qualifié de "remarquable ;suite à mon expérience d' infirmière, j' adhère ! Je le recommande

  • Merci pour cette référence !

  • « Pourquoi écrivons-nous » est une question profonde,
    chère Marie !

    Textes courts, longues lettres ou livres véritables,
    je pense souvent à la réponse d’Anna de Noailles :
    « Pour être après ma mort, parfois encore…un peu aimée ! »

    L’ écriture aussi est une fleur qui propose à la vie ses vertus…

  • Bonjour, chère Fiorenza, et merci pour ce commentaire particulièrement poétique. Pourquoi écrire ? Vaste question. En tout cas, en ce qui me concerne, il ne s'agit pas d'avoir cet espoir dont parle Anna de Noailles, la grande Anna de Noailles. Mais partager, oui.
    Bon mercredi.

  • partout, en tous lieux, en toutes saisons, la nature veut vivre et toujours nous en sommes éblouis !
    amitié .

  • Bonjour, chère Marie-Claude, et merci pour ce commentaire. Il faut briser l'indifférence à chaque occasion.
    Bon mercredi.

  • Contente que vous accrochiez bien aux policiers de Horst.
    Et je ne connais pas Pierre Fournier!

  • Bonjour, chère Keisha et merci pour votre commentaire. Et merci aussi pour Horst ! J'en ai lu quatre et j'en ai réservé plusieurs à la Médiathèque. Ils sont parfaits pour les soirées d'automne et d'hiver.
    Bon mercredi.

  • Je suis convaincu que l'homme (depuis qu'il le peut) a toujours voulu écrire, évidemment, ce n'étaient que des traces au début, puis des peintures, enfin l'écriture idéographique (pictogrammes) et ainsi de suite. Avant qu'il n'en ait l'idée, c'était un hominidé mais qui sait? Peut-être avait-il un moyen très rudimentaire de marquage. Homo Erectus devait probablement communiquer avec quelques dizaines de mots mais pas de phrases. Qui sait s'il n'indiquait pas des choses avec des bâtons? On ne le saura jamais. La pensée conceptuelle naît avec le langage;

  • Bonjour, chère Chêne vert et merci pour ce commentaire. Cette création de l'écriture est fascinante : passer de l'oralité à l'écrit, pour ancrer les mots dans l'argile d'abord, puis sur le papier, laisser une trace, anticiper sur l'avenir. C'est passionnant.
    Bon mercredi.

  • les fleurs savent parfois nous révéler leur poésie comme vos mots...toujours un plaisir de vous lire

  • Bonjour, chère Sedna, et merci pour ce commentaire. Les fleurs nous comblent si on prend le temps de les regarder comme si elles-mêmes nous regardaient.
    Bon mercredi.

  • Tes polars me tentent je suis une fan,surtout accompagnés par Chopin, les nocturnes interprété par n'importe lequel de Maria Joa Pires, Pollini ou Engerer c'est beau à frissonner!
    Belle journée

  • Bonjour, chère Livia, et merci pour ce commentaire. Ces polars norvégiens sont vraiment bien et je les recommande chaudement !
    Bon mercredi.

  • Bonjour, chère Zoé, et merci pour ce commentaire.
    Bon mercredi.

  • Le besoin d'écrire m'a taraudée dès que j'ai su tenir un crayon. Combien sommes-nous ainsi d'écrivains et d'écrivaines sans lecteurs ? Combien de cahiers, de carnets, de lettres, de bouts de romans, d'ébauches d'essais partagés avec soi-même ?
    J'admire votre capacité d'émerveillement pour les choses simples : la traçabilité d'une fleur, quel sujet passionnant !

  • Oui...je plussoie, belle réflexion, Triskell :)

  • Bonjour, chère Triskell, et merci pour votre commentaire. Emerveillons-nous ! Sans cela, nous risquons de nous dessécher. Tout est vivant.
    Bon mercredi.

  • Bonjour, chère Elisabeth, et merci pour ce commentaire.
    Bon mercredi.

  • Bonjour, chère Dominique, et merci pour ce commentaire. Se contenter de peu mais se contenter de l'essentiel.
    Bon mercredi.

  • Écrire est un déversoir vital, pour moi, a certaines époques de la vie, la plume court carrément sur la feuille... Ah... J'adore écrire au stylo plume, c'est un plaisir sensuel extraordinaire, je trouve....
    En une phrase, c'est plus fort que nous !
    "Fermé pour l'hiver".. Rien que le titre m'interpelle :)) Bonne soirée, Chère Marie !!

  • Bonjour, chère Nastagio, et merci pour ce commentaire.
    Ecrire au stylo-plume est un régal, choisir de belles encres également. A chaque humeur, une couleur !
    Bon mercredi.

  • Une belle page ! La genèse de l'écriture m'intéresse beaucoup.
    La musique est celle que j'aime et que j'écoute souvent.
    J'aime ta réflexion sur la camomille , un moment apparemment routinier qui , par une pensée vagabonde , nous procure un réel plaisir.
    Merci pour ce beau billet.
    Belle soirée

  • Bonjour, chère Erato, et merci pour ce commentaire. Il y a toujours du majestueux dans la routine !
    Bon mercredi.

  • nous sommes tous reliés et tes mots sur la camomille nous le soufflent bien.
    Je note le nom de l'écrivain scandinave, quoique cet après midi je suis allée à la médiathèque avec plusieurs livres ; (Gaelle Josse, Alain Duault, Steffanson (ton absence n'est que ténèbres). Très bon week end.

  • Bonjour, chère Durgalola, et merci pour ce commentaire. Bonne lecture du Stefannsonn : Ton absence n'est que ténèbres est un très très très grand livre.
    Bon mercredi.

  • De très belles réflexions ce matin encore...J'aime beaucoup celle sur les fleurs que l'on s'apprête à consommer en tisane. J'adore les tisanes et j'aime déjà l'odeur et l'aspect des plantes moi-aussi, souvent je connais leur provenance puisque je les ai ramassées moi-même, mais sinon comme pour la tisane zourhat par exemple, je voyage avec elle. Je les consomme toutes sauf...la camomille que je déteste particulièrement en odeur et en saveur, sauf en fleur fraiche dans les champs. C'est ainsi. Bon week-end

  • Bonjour, chère Manou, et merci pour ce commentaire. Je ne connais pas la tisane zourhat. Je ramasse également le thym, le romarin, et quand je les bois, je pense au lieu où je les ai cueillis. C'est important de relier les choses entre elles, cela renforce leur vie.
    Bon mercredi.

  • Merci pour tous ces petits bonheurs et vos réflexions sur la camomille, être en harmonie avec la nature.
    Belle journée

  • Bonjour, chère Denise, et merci pour ce commentaire.
    Bon mercredi.

  • Plaisir de retrouver votre blog qui me ravit et m'apaise ! A bientôt !

  • Bonjour, chère Enitram, et merci pour ce commentaire. A bientôt alors ?
    Bon mercredi.

  • Oh les suites pour violoncelle...

    Je les ai ratées, cette année, à Hurtebise.

    Là, je suis un peu triste pcq une de mes connaissances, et je l'admirais beaucoup, vient de mourir. Irène Kaufer, une militante d'une trempe extraordinaire... je l'admirais tellement !

  • Bonjour, chère Pivoine, et merci pour ce commentaire. Je vous réponds en privé.
    Bon mercredi.

  • J'aime aussi la camomille, nature ou éventuellement avec un petit peu de miel. En écrivant cette phrase, j'ai l'impression de la sentir...
    Je t'embrasse, chère Marie, et te souhaite une bonne nuit.

  • Bonjour, chère Pahi, et merci pour ce commentaire. Cela ne m'étonne pas que tu aimes la douceur de la camomille !
    Bon mercredi.

  • Quel bel univers ! ce blog est apaisant, passionnant et plein de belles réflexions. J'aime beaucoup cette conscience, cet intérêt pour tout, jusqu'à la petite camomille que tout le monde manipule sans y prêter attention. Bonne semaine.

  • Bonjour, chère Martine, et merci pour votre visite et votre commentaire.
    Dans notre monde où règne l'indifférence, il est bien d'être attentif à tout le vivant.
    Bon mercredi.

  • Oui, merci Marie pour cette conscience des choses du présent, sentir, voir, entendre, ...et en être émerveillée !
    J'aime voir les feuilles de la petite branche de verveine se déployer dans l'eau chaude, s'offrir à mes narines et à mon palais. Belle semaine Marie !

  • Bonjour, chère Petite Verrière, et merci pour ce commentaire. Les feuilles de la verveine, mouillée, sont d'un vert très intense.
    Bon mercredi.

  • Bonjour, chère Alex, et merci pour ce commentaire. La verveine odorante du jardin... Quelle merveille, n'est-ce pas ? Qui peut y résister ?
    Bon mercredi.

  • je pistais 'la chambre du fils' de JLH en bibliothèque... et je m'aperçois que je l'ai acheté avant les vacances, et égaré, chez moi ou sur le comptoir de la librairie.... un désir qui s'avive d'autant.

    Je vais me pencher sur Pierre Fournier, même si mon programme est sur les hauteurs planantes de Tallis (GAude gloriosa) et Ô magnum mysterium, Byrd et Poulenc... sueur et challenge physique parfois mais le plaisir se gagne

Écrire un commentaire

Optionnel