Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Moisson - Page 5

  • Moisson.

    Passer vaillamment la semaine « salles d’attente ».
    Renouveler son abonnement à la Médiathèque de Sanary.
    Préparer pour le club des cousettes un cake aux fruits rouges.
    S’engager à faire des petites couvertures en laine pour l’Ecole du chat.
    Remettre le soir même le dessus de lit lavé le matin et séché tout le jour au soleil. Ça sent bon.
    Admirer la première capucine, d’un bel orange vermillon, plantée tout contre l’ipomée.
    Refaire des biscuits de guerre dont N. a rappelé la recette l’autre après-midi, tout en tricotant des chaussettes : 1 verre de vin blanc, 1 verre d’huile, 1 verre de sucre, 5 verres de farine. Parfumer à la vanille.
    Brosser les deux grands chats et jouer avec le petit chaton.
    Regarder en replay sur Arte une belle émission sur James Joyce et ensuite feuilleter Ulysse et Les gens de Dublin et ensuite relire Les morts.

  • Moisson.

    Passer l’après-midi sur la plage ; papoter ; se tremper les pieds ; ramasser des cailloux avec une petite fille pour qui on a fait un gâteau au chocolat qu’elle déguste au goûter.
    Ecouter avec ravissement l’émission de Philippe Cassard, Portrait de famille, au cours de laquelle on découvre un pianiste, Christian Blackshaw. Jusque-là, on pensait que c’était uniquement quand Clara Haskil le jouait que Mozart se réincarnait.
    Poster le courrier : des enveloppes jaunes, ou bleues, ou blanches, c’est selon.
    Accueillir un petit chaton venu directement de l’Ecole du chat.
    Recevoir une gentille lettre d’un éditeur accusant réception du manuscrit qu’on lui a envoyé. C’est déjà ça.
    Commencer une couverture pour bébé en variant les points : point de godron, point de riz, point de sable, point de losange à jours, point turc, point de jours en œillets.
    Prendre le temps de lire enfin Petit traité de philosophie naturelle, de Kathleen Dean Moore.
    S’émerveiller que des belles-de-nuit qu’on n’a pas plantées poussent au pied du chèvrefeuille. On se souvient vaguement d’avoir jeté ici et là des graines récoltées à la fin de l’été.
    Fixer les tiges de l’ipomée qui, après avoir été taillée, repousse à vue d’œil.
    Rester à la maison un dimanche, alors qu’il pleut à verse dehors ; préparer un petit repas, servir un bon café, rester tranquille.