Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

colette

  • La lumière de Camoin.

    Un matin, c’est dit, on se prépare vite et on part à Aix en Provence, visiter au Musée Granet l’exposition Camoin dans sa lumière.
    On connait bien ce peintre, et on prend plaisir à revoir des toiles venues de musées où on est allé déjà leur rendre visite.
    On s’émeut des lettres de Matisse et de Camoin qu’on prend le temps de lire.
    On fait aussi connaissance avec d’autres tableaux, entr’aperçus dans les pages d’un livre. Jeune Napolitaine, de 1906, car on aime le fauvisme et on trouve si beau ces couleurs toutes ensembles (blanc, jaune, bleu, rouge, vert, rose). Coucher de soleil à St Tropez, de 1904, car on aime aussi rester les pieds dans l’eau. Lola sur la terrasse, 1920, car on aime être sur une terrasse, en plein soleil, en plein hiver, avec pour horizon la mer et le ciel qui se partagent plusieurs nuances de bleus. On recopie d’ailleurs sur le petit carnet qu’on a toujours dans le sac quelques lignes de Colette, à propos du bleu de Camoin :

    « Le bleu fondamental déserte rarement sa mer originelle. Il se réfugie dans une crique claire, élabore le violent en exploitant un fond d’algues roses, plante une crête translucide, bleue malgré tout, sur une vague, plaque sous une trouée de nuage un éclatant métal…." (1945).

  • Passer la soirée avec Colette.

    Passer la soirée avec Colette et La naissance du jour. Il faudrait peut-être envisager de passer tout l’hiver avec elle, cet écrivain magnifique à la langue impeccable...
    « M’émerveillerai-je jamais assez des bêtes ? »
    Rajouter sur la liste des mots préférés : s'émerveiller.