Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bonheur du jour quotidien - Page 2

  • Le figuier au printemps.

    En allant chercher le pain, il est bon de remarquer combien l’air s’est adouci. Les pluies très épaisses, on aurait même envie de dire grasses, ont lavé le pollen. Elles ont abreuvé les feuilles du figuier du coin de la rue. Chacune s’est affranchie de son bourgeon en déployant d’un coup ses lobes profonds que le vent sèche et lisse. Mais c’est fragile encore, comme sur une tête de nouveau-né la fontanelle palpitante.

  • La mélique penchée.

    A la Médiathèque, on va au rayon Botanique. Il y a peu de livres, mais on espère trouver une sorte de dictionnaire pour retrouver des mots qu’on cherche depuis un certain temps. On repart, fièrement, avec le Guide écologique illustré de la flore forestière française ; le tome 3 exactement – il n’y avait que celui-là.

    Il y a page 63 ce qu’on cherchait : les éléments de la fleur : bractée, pédicelle, sépale, ovaire, pétale, étamine, style, stigmate, avec la précision que les éléments aplatis de la fleur, sépales et pétales, forment le périanthe, que les pièces filiformes, fragiles, petites, les étamines, forment l’androcée, que les pièces globuleuses, centrales, les carpelles, forment le gynécée. Par ailleurs, l’étamine est constituée du filet et de l’anthère. Avec un crayon à papier 3B, on recopie le schéma d’ensemble d’une inflorescence.

    Après les fleurs, on passe aux feuilles et on recopie la figure 22, page 249, montrant les différentes parties de la feuille : les stipules, le pétiole, les glandes, le limbe, la nervure principale et la nervure secondaire. Et on ne résiste pas à lire à voix haute les principales formes de feuille : falciforme, linéaire, subulée, en aiguillon, en aiguille courte et piquante, en aiguille courte et arrondie, en aiguille longue, orbiculaire, rhomboïdale, spatulée, obovale, ovale, elliptique, oblongue, peltée, réniforme, cordée, triangulaire, sagittée, lancéolée, lyrée.

    Puis après, les principales formes du bord du limbe, les principales formes de la base du limbe, les principales formes du sommet du limbe, sans parler des principaux types de nervation des feuilles.

    Et à chaque fois, c’est un mot différent.

    Sur le petit carnet, on fait des listes, des dessins et quand on voit qu’on a réussi à reproduire la planche de la Mélique penchée, on se demande si on ne va pas ressortir les crayons de couleurs, voire les petits godets d’aquarelle qui doivent bien être quelque part….