Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bonheur du jour - Page 14

  • Belles-de-nuit, lectures en cours, soutenir Aussitôt que la vie.


    Tout à coup, les belles-de-nuit ont surgi de la terre, comme elles savent le faire, avec force et détermination. En deux ou trois jours, elles sont déjà hautes. Bientôt, elles fleuriront. Les couleurs de leurs fleurs seront une surprise car, avec les belles-de-nuit, on ne sait jamais trop où on en est des teintes : jaune, rose, jaune et rose, orangé, blanc. Cela peut changer d'une année sur l'autre sans qu'on sache pourquoi. Mais faut-il savoir pourquoi ?

    Lectures en cours : Dans la confidence du souffle, entretien avec Eva Ruchpaul, par Colette Poggi et Feu d’artifice mortel de Faith Martin (une série so british dans la série des enquêtes de Loveday et Ryder).

    Merci à ceux et celles qui me soutiennent en commandant Aussitôt que la vie. S’il ne vous est pas possible de le commander ou si tout simplement vous ne le souhaitez pas mais que vous êtes prêts à l’aider, je peux adresser à ceux qui me le demanderont plusieurs exemplaires d’un petit flyer de présentation à laisser ça et là.

  • Pistes pour le mois de juin. Petits mots, petites choses.


    En ce début de juin, partout des fleurs. Certaines somptueuses comme les roses. D’autres, plus discrètes, plus banales, comme la multitude de pâquerettes et de pissenlits sans oublier les liserons d’un si doux violine clair et les incomparables coquelicots. Ils ont poussé sur la pelouse du parc, sur le bord de la route, dans un coin du jardin. Personne ne les arrose. A priori, personne ne les a plantés non plus, mais pourtant ils sont là et semblent tout tranquilles.

    C’est un peu comme la vie à laquelle j’aspire désormais : une vie simple que d’aucuns considéreraient comme « déclassée », si je reprends le mot de Charles Wright dans sa dernière interview ; une vie qui existe, constituée de petites choses mais située dans un grand espace, celui de la vie même.

    En juin, regarder de petites fleurs, faire de petites choses simples et anonymes, écrire des petits mots. Se bonifier de l’instant. Ne plus rien, mais alors plus rien avoir à prouver. Simplement aimer. Comme ces fleurs qui aiment bien qu'on leur sourit quand on les croise.